Mudee : une chaussure minimaliste pour le temps humide

Chaussure minimaliste marron modèle Mudee Marque Freet

Dans cet article je vais vous présenter la Mudee de la marque Freet. Pour être exact, j’ai retranscrit (et même copié/collé certains paragraphes) du test qu’Alexandre m’a transmis spontanément. Merci à toi pour ta démarche et ce partage au plus grand nombre.

Pour la petite intro, Alexandre a longtemps cherché une chaussure minimaliste imperméable (ou tout au moins s’en approchant). Il a fait pas mal de recherches et testé de nombreux modèles. Et cette Mudee sort du lot !

Les caractéristiques

Poids (selon le fabricant) : 332 grammes en 42 (soit 664 grammes la paire)

Semelle extérieure : 5 mm (MultiGrip2)

Semelle intérieure amovible : 2,5 mm

Tige : Microfibre (respirante, durable, résistante à l’eau et sèche rapidement)

Coloris : Noir ou marron

Prix : 110 livres sterling (environ 130€)

Usages : Extérieur et quotidien.

Elles se ferment grâce à un système de lacets traditionnels.

Calcul de l’indice minimaliste

Poids : 0/5
Donc 0 sur 5 pour ce premier critère. Cependant, Alexandre fait cette remarque : « mais faudrait faire une catégorie spéciale pour les chaussures isolantes/déperlantes, ça n’a pas de sens de comparer une chaussure de randonnée hivernale et une sandale ».

Je me suis déjà fait la même remarque avec les chaussures enfants : forcement plus petites, plus légères, elles passent facilement comme minimaliste… Mais c’est un autre débat.

Épaisseur au talon : 5/5
La chaussure est prévue pour être utilisée au choix, avec, ou sans la semelle intérieure optionnelle.
Épaisseur sans la semelle intérieure : environ 7 mm (estimation)
Épaisseur avec la semelle intérieure : environ 10 (estimation)

Drop : 5 / 5
Le talon n’est pas surélevé par rapport à l’avant de la chaussure.

Technologie de stabilité : 5/5
Aucune technologie de stabilité.

Flexibilité longitudinale : 2/2,5
La tige montante empêche de faire toucher l’avant et l’arrière de la chaussure, mais la semelle peut s’enrouler à 360° sur la partie avant.

Flexibilité torsionnelle : 2/2,5

Ce qui nous donne un indice minimaliste de 76% (sans la semelle intérieure).

Chaussure minimaliste Freet modèle Mudee

Les sensations

En termes de ressenti sous le pied, on est plutôt dans la gamme de chaussure IM (Indice Minimaliste) autour de 90%. Par exemple, la semelle est bien plus souple que la Primus Trail de Vivobarefoot (88%), en beaucoup plus fine que la Trail Glove de Merrell (86%)

De la place pour les orteils !

Les Mudee ont une vraie toe box anatomique comme on en voit peu.
Non seulement la largeur au métatarse est généreuse, mais surtout le gros orteil peut réellement avancer en ligne droite jusqu’au bout de la chaussure sans aucune restriction. Les orteils ont également de la place en hauteur (pas comme chez Vivobarefoot…).

Imperméable ?

Reste le critère crucial, la résistance à l’humidité. Le matériau est annoncé comme hydrophobe (pas complètement étanche).

Ça paraît plus intéressant que toutes ces chaussures «temps humide» en mesh doublées de GTX, où le mesh s’imbibe en quelques secondes, et n’a plus qu’à relâcher ensuite l’eau à travers les fissures qui apparaissent systématiquement dans le GTX au fil des utilisations…

Alexandre les a testés en rando sous une petite pluie continue (env. 2mm/h annoncé le matin sur les créneaux en question), puis sur un terrain recouvert de neige fondante et boue mêlée.

Aucun souci durant la première heure: le matériau déperlant joue parfaitement son rôle, les gouttes n’accrochent pas, aucune sensation d’humidité à l’intérieur. La languette n’étant pas soudée à la tige sur toute sa hauteur, il faut évidemment faire attention à ne pas patauger dans des flaques profondes. Pas d’effet «étuve» malgré une montée à rythme soutenu et le port de guêtres et pantalon imperméables : la chaussure respire bien.

Entre 1 et 2 h, on sent peu à peu l’humidité s’infiltrer, mais ça reste raisonnable.

Après 2h, je suis arrivé dans la zone de neige fondante sur lit de boue et feuilles mortes détrempées : là, pas de miracle, même en essayant de ne pas trop enfoncer, l’humidité s’infiltre pour de bon.

Concernant le temps de séchage, il y a toujours un peu d’humidité 12h après, et quasiment plus rien au bout de 24h.

Comparaisons

Si on compare aux autres chaussures à semelle minimalistes pour temps humide, il n’existe à ma connaissance que 2 vraies «waterproof», la Kuuva de Feelmax, et la Tracker de Vivo. Toutes 2 en cuir, donc exclue d’une optique Vegan.

Kuuva (Feelmax)

La Kuuva semble être bien étanche, peut-être qu’elle tient réellement la limite de 4h annoncée par le fabriquant. Mais, elle est plus lourde et beaucoup plus encombrante: avec son énorme tige montante, j’imagine mal l’utiliser autrement que pour des randos dans la neige. De plus, sa toe box arrondie n’est pas vraiment anatomique et pose des problèmes insolubles de choix de pointure pour ne pas comprimer le gros orteil.

Tracker (Vivobareffot)

La Tracker annonce un cuir dit hydrophobe et une membrane soi-disant waterproof, mais son étanchéité n’est pas du tout au RdV, même en la cirant régulièrement avec le produit adéquat. J’ai pu essayer 2 paires successives, après échange de la 1ère par le SAV pour défaut d’étanchéité. La 2e paire n’est pas mieux ! Est-ce moi qui n’ai pas de chance ? Mes Tracker tiennent 2-3 sorties, puis commencent à prendre l’eau après 1h de pluie, et elles mettent ensuite 48h à sécher complètement.

La dernière Tracker FG fait 496 gr en 42, ou 496g si on retire la semelle amovible (le modèle avant 2018 était un peu plus léger: 454g sans semelle, 477g avec).

Le seul avantage de la Tracker est sa bonne thermicité pour les randos d’hiver (tant qu’elle reste sèche…).

La Mudee est plus légère et plus respirante, mais sensiblement moins chaude.

Pour un usage sous la pluie, les deux peuvent garder les pieds au sec un certain temps selon les conditions : jusqu’à 2h sous une pluie légère, probablement pas plus de 20mn sous un orage. Au-delà, les 2 finissent trempées, mais la Tracker mettra 2 fois plus de temps à sécher.

Reste la question de la durabilité: cuir vs simili-cuir en microfibre…

Entre une «waterproof» à 220€ qui ne tient pas ses promesses, et une «déperlante» à 120€ qui fait aussi bien, si je dois en racheter plus tard, le choix est vite fait.

Conclusion

Freet propose avec la Mudee une chaussure très intéressante comparée aux autres modèles minimalistes équivalents (déperlants ou imperméables). Le tout en utilisant des matériaux végan, et plutôt accessible en terme de tarification.

Les plus :
+ Bonne résistance à l’eau
+ Bonnes sensations minimalistes pour ce type de chaussure
+ Prix raisonnable
+ Vegan

Les moins :
– Pas encore imperméable
– Pas essayable en France (du moins je ne crois pas)

Je remercie Alexandre qui à partager tout ça avec nous, tests et comparaisons à l’appui. Vraiment top !

Laisser un commentaire