Pour le running, chaussure minimaliste ou chaussure traditionnelle ?

Chaussure avec et sans amorti

Le pied est un membre dont on pourrait difficilement se passer. Que ce soit pour se déplacer, tenir en équilibre ou donner une position convenable au corps. Tout particulièrement en sport, il est essentiel que le pied développe des qualités indispensables pour la course. C’est pourquoi choisir les bonnes paires de chaussures est primordial. Si vous doutez entre chaussure minimaliste ou chaussure traditionnelle, cet article vous aidera à vous décider.

Quels sont leurs avantages ?

Que vous optiez pour une chaussure minimaliste ou pour une chaussure traditionnelle, vous bénéficierez de divers avantages. C’est donc en fonction de ceux-ci que vous devez faire pencher votre balance en faveur de l’une ou de l’autre. Pour vous aider à mieux faire votre choix, les avantages qu’offrent ces deux styles peuvent être résumés ainsi.

Les avantages des chaussures minimalistes

L’un des principaux avantages de ce type de chaussure est qu’elle procure les mêmes sensations qu’une course pieds nus, tout en vous protégeant des risques de certaines blessures. Vous bénéficiez donc d’une liberté de mouvement accrue et d’une protection qu’on n’a pas pieds nus. Sa souplesse et sa légèreté augmentent votre vélocité et votre endurance. Grâce à son drop zéro (talon non surélevé), le corps est maintenu dans la bonne posture lors de la course. Elles nécessitent en revanche un temps d’adaptation et qu’une course médio ou avant-pied.

Les avantages des chaussures traditionnelles

Si la chaussure traditionnelle demeure plus vendue que son concurrent, c’est avant tout en raison de son système d’amortissement qui reste son meilleur argument de vente. En effet, les chaussures traditionnelles sont dotées d’amortisseurs qui permettent de réduire les chocs. Étant donné que la méthode de course la plus répandue consiste à poser le talon en premier, ces amortis sont indispensables, sans cela des douleurs apparaitraient très rapidement au niveau des talons, des genoux et du dos.

Il y a donc une réduction des impacts. Elles sont en contreparties plus lourdes et réduisent les sensations.

Quelles différences entre les deux ?

Il y a plusieurs différences essentielles entre chaussure minimaliste et chaussure traditionnelle.

La première se situe au niveau des semelles. La chaussure traditionnelle est composée de trois semelles : l’interne, l’intermédiaire et la semelle d’usure. La chaussure minimaliste n’en possède généralement que deux : la semelle interne et la semelle d’usure. Cela à trois impacts : le poids, la flexibilité et la position du corps.
En effet, la semelle intermédiaire, qui comprend la partie amortissante, est beaucoup plus importante au niveau du talon qu’à l’avant du pied. C’est ce qu’on appelle le drop. Alors qu’un drop de 1 cm signifie que le talon est 1 cm plus haut que l’avant du pied, un drop de zéro signifie que la chaussure est plate. Avoir un drop modifie obligatoirement le centre de gravité et donc la posture. L’absence de semelle intermédiaire amène souvent à des semelles fines et flexibles, ce qui améliore les sensations et la proprioception. Derrière ce mot « proprioception », se cache la perception, en grande parti non consciente, que procurent les pieds.

La seconde différente est que les chaussures minimalistes laissent (le plus souvent) le pied et la cheville libre de bouger et se renforcer. On pourrait se poser la question des risques d’entorses. À cette heure, aucune étude scientifique n’a prouvé qu’un type de chaussures était mieux que l’autre. J’ai d’ailleurs plusieurs retours d’expérience de client, qui suite à des entorses à répétition, sont passés à des chaussures minimalistes et ont vu le problème disparaitre. Mais attention, nous sommes tous différents, ce qui fonctionne pour l’un peut ne pas fonctionner pour l’autre, mais c’est une piste si vous êtes sujet aux entorses.

Enfin, les chaussures minimalistes nécessitent une attaque avant-pied ou medio-pied. Cela augmente la cadence des pas et améliore la foulée la rendant plus dynamique. Les chaussures traditionnelles sont les seules à permette une attaque par le talon. Il est également possible d’opter pour une attaque medio-pied ou avant-pied, même si cette dernière est plus difficile à cause du drop : comme le talon est surélevé, faire toucher l’avant du pied en premier est moins évident.

Ce qu’il faut retenir, c’est que le type de chaussures ne devrait pas vraiment avoir un impact majeur sur votre rendement final. Ce qui devrait importer c’est le choix d’une chaussure qui convient à vos pieds et à votre niveau. Mais surtout à vos attentes : plus de sensations et l’impression de courir pied nu avec les unes (tout en étant protégé), ou un amorti pour conserver une technique de course d’attaque par le talon. Si vous êtes débutant, les deux choix sont totalement ouverts. Si vous pratiquez déjà, passer d’un type de chaussures à l’autre demandera une période de transition.

 60 vues

Articles recommandés