Du bitume au studio de yoga, les VI-B font le job !

Je remercie chaleureusement Stéphany pour son test avec article et photos.

 

Il y quelques mois encore, les « minimalistes » étaient à mes yeux une mode peu compréhensible promus par des runners en mal de sensations primitives. Marcher pieds nus chez soi, dans l’herbe ou sur le sable, d’accord. Mais de là à sortir faire son footing en « chaussures à 5 doigts », il y avait un fossé impossible à franchir. Et puis – pour une raison que j’ignore encore ! – mon mari s’est acheté une paire de Furoshiki. L’occasion pour moi de revoir mon avis sur la question.

Tout d’abord, j’ai découvert qu’il n’y a pas un modèle de minimalistes, mais un choix assez vaste, et les Furoshiki justement n’ont rien à voir avec les fameux Five Fingers, dont l’esthétique me rebutait un peu, je le concède. Très content de sa nouvelle acquisition, mon mari a testé ses minimalistes aussi bien pour aller s’entraîner au fitness que pour se balader en ville. Nous en avions d’ailleurs profiter pour faire cette petite vidéo.

Je l’avoue, j’ai fini par être un peu intriguée. En parcourant le site 5doigts2pieds, sur lequel mon mari avait acheté ses chaussures, j’ai découvert les VI-B. La version ballerine de la minimaliste ! Presque conquise, j’ai profité d’une promotion pour tester ce modèle.

Photo des FiveFingers VI-B et leur sac

Vive le bitume !

J’adore marcher pieds nus, tout le temps, dès que je peux… mais vivant en ville, les occasions sont rares ! Premier test donc de mes nouvelles ballerines : dans les rues de Lyon. A l’enfilage, la sensation est un peu étrange, et oui nous n’avons pas l’habitude de sentir nos orteils de manière isolée dans des chaussures. Mais une fois chaussées, les VI-B se font presque oublier. Super souples grâce à leur semelle extra-fine, elles se révèlent super confortables, et aérée (ce qui en fait un modèle à réserver pour les beaux jours en extérieur !).

Autre bonne surprise : les VI-B sont assez jolies et passent bien, même avec une robe… même si le regard des passants ne laisse aucun doute sur leur aspect surprenant. Mais, alors ? Comment ça se passe quand on marche avec ? Car c’est quand même la question essentielle !

Les sensations sont surprenantes, dans le bon sens du terme. La marche est confortable, on se sent protégé mais subitement trottoirs et bitumes prennent un relief qu’on ne leur connaissait pas. Grâce aux VI-B, j’ai pu découvrir que j’aime marcher – presque- pieds nus aussi en ville ! Le must étant les bouches d’égout qui procure un massage plantaire fort sympathique…

 

Pour le sport ?

L’étape ville étant passée avec succès, les VI-B allaient-elles s’avérer utiles aussi pour mes activités indoor, à savoir entraînement au fitness et pratique du yoga. Pour le premier, la réponse est sans conteste, oui.

Les Vi-B utilisées en sports en salle

A moins d’avoir l’habitude de se lâcher les poids sur les petons, les VI-B remplacent avantageusement les baskets, pour un encombrement bien moindre dans le sac de sport (important quand on doit se le trimballer toute la journée). Lors de l’exécution des exercices tels que les fentes, j’ai eu le sentiment d’une meilleure stabilité, avec un meilleur contrôle de mes appuis.

 

Et pour le yoga alors ?

« Le yoga se pratique pieds nus, point barre ! », diront les puristes. Certes. Mais dans certaines circonstances (pratique en extérieur notamment), protéger ses pieds est parfois rassurant. Il y a par ailleurs des personnes qui sont rebutées par le fait de pratiquer pieds nus, surtout sur des tapis collectifs. Or, ceux qui ont tenté le savent bien, la plupart des chaussettes sont bien trop glissantes, et/ou ne permettent pas de s’ancrer correctement dans le sol. Et bien bonne nouvelle, les VI-B peuvent être une alternative tout à fait valable. Les sensations ne sont évidemment pas celles de la pratique pieds nus, mais il est tout à fait possible d’enchaîner ses postures sans problème d’équilibre ou de dérapage. Et là encore gros avantage : le poids (160g !) et l’encombrement réduits des ballerines font qu’elles se glissent facilement dans le sac avec le tapis.

FiveFingers Vi-B pour le yogaLes Vi-B prennent très peu de place dans le sac de sport

Au final c’est donc une super découverte, et j’attends maintenant avec impatience le retour du printemps pour fouler à nouveau les trottoirs de Paris et Lyon, les pieds en liberté !

Laisser un commentaire