Test des Skinners 2.0

Skinners 2.0

Cela fait bientôt 1 an que je teste les Skinners 2.0, une chaussure ultra-minimaliste entre la chaussure et la chaussette. Les usages de ce chausson, autant d’intérieur que d’extérieur, sont multiples et variés, allant du port quotidien, à l’utilisation sportive en passant par les voyages.

Dans un premier temps, nous allons voir les caractéristiques de cette nouvelle version.
Ensuite, je vous dirai les différences qu’il y a entre l’ancien modèle et le nouveau.
Enfin, je terminerai par mon test.

Caractéristiques des skinners 2.0

Il faut savoir que ces chaussures-chaussettes n’ont ni colle, ni couture, ni bisphénol A, ni phtalates, même l’ancienne version. L’ensemble est végan et fabriqué en Europe (République Tchèque).

Les Skinners 2.0 ont une semelle intérieure amovible.

Le poids

Pour une taille M (41-42), les skinners 2.0 pèsent environ 214 grammes la paire sans les semelles intérieures. Il faut compter 20 grammes supplémentaires si l’on ajoute ces dernières.

La semelle extérieure

L’épaisseur de la semelle extérieure tourne autour des 3 mm.
Il n’y a aucun amorti et la semelle est plate (drop 0).
La flexibilité est extrêmement bonne.

La semelle intérieure

Comme je l’ai dit au début, les Skinners 2.0 ont une semelle intérieure. Celle-ci mesure environ 1,6 mm d’épaisseur. Elles n’intègrent aucun amorti, l’avant du pied et le talon restent donc au même niveau. Pour finir, même avec la semelle intérieure elles gardent une flexibilité longitudinale et torsionnelle exceptionnelle.

Skinners 2.0 enroulées sur elles-même. À gauche avec la semelle intérieure, à droite sans la semelle intérieure.

Indice minimaliste

Avec les semelles intérieures amovibles, j’ai cru qu’il m’aurait fallu vous donner deux indices : l’un sans les semelles intérieures et l’un avec. Il n’en est rien ! Avec ou sans semelle intérieure, les Skinners 2.0 atteignent le score maximal de 100 (sur 100).


Les différences entre les Skinners 1 et 2.0

Les changements sont plus nombreux que ce qu’il n’y paraît. Cependant, il y en a 3 qui me semblent plus importants que les autres. Vous pouvez également lire mon ancien test des Skinners première version.

Skinners V1 et Skinners 2.0 avec leur boite et contenus
A gauche les Skinners V1, à droite les Skinners 2.0

La semelle intérieure amovible

Comment passer à côté ? C’est impossible !

Les Skinners 2.0 sont dotées d’une semelle très aérée que n’avait l’ancienne version. Ces semelles réduisent la transpiration sous le pied en permettant à l’air de circuler.

Un meilleur ajustement en longueur

Les pointures des Skinners 2.0 s’allongent d’un centimètre entre chaque taille. Pour les Skinners V1, la différence entre deux pointures était de 1,5 cm.

Les Skinners peuvent se porter comme des chaussettes : sans espace devant les orteils (mais sans être serré). Néanmoins, selon la longueur de nos pieds on peut se trouver en début de pointure et avoir un peu d’espace libre. Avec la nouvelle version, lorsque l’on est dans ce cas l’espace restant est moindre, ce qui est plus agréable.

Les Skinners 2.0 sont plus larges

Tous est dans le titre. En moyenne, elles sont 1 cm plus larges que les précédentes. Elles sont plus adaptées à la forme des pieds (plus larges au niveau des métatarses).

Les autres changements (sauf un)

  • La semelle extérieure des Skinners 2.0 perd moins de matière et moins longtemps. La semelle de la première version s’effritait pas mal. C’était normal, mais cela pouvait inquiéter lorsque l’on n’était pas au courant.
  • Une meilleure durée de vie. Les 2.0 peuvent parcourir jusqu’à 800 Km, contre 600 Km pour la première version. Attention tout de même : certaines surfaces très abrasives, comme le bitume, peuvent grandement réduire cette distance. La course à pied sur route est souvent citée.
  • L’épaisseur de la semelle extérieure remontant sur les côtés est plus importante, pour mieux protéger.
  • Le tissu utilisé (nombre de fils et tissage) a été amélioré pour :
    • être plus confortable;
    • de meilleure qualité
    • et améliorer l’évacuation de la transpiration.

Le poids

C’est peut-être le seul point négatif. Les Skinners 2.0 sont plus lourdes que les précédentes.

Comme la première version n’avait pas de semelle intérieure, j’ai comparé une paire de Skinners 1 pointure L (27,5 cm de long) avec une paire de Skinners 2.0 pointure M (27 cm de long) sans semelle intérieure. Les résultats sont les suivants :
– Poids d’une paire de Skinners V1 (en L) : 180 gr.
– Poids d’une paire de Skinners 2.0 (en M) : 214 gr.

Cela s’explique par la largeur accrue, l’épaisseur de semelle supplémentaire sur les côtés et un tissu à peine plus épais.

Toutes ces modifications ont un prix : 5€.
En effet, le premier modèle coutaient 50€ alors que les Skinners 2.0 sont à 55€
J’utilise le passé pour parler des Skinners V1, mais je devrais utiliser le présent, car elles sont toujours produites !

Ce qui ne change pas

Elles sont toujours livrées avec un petit sac.

L’usage que l’on peut en faire est également identique : que cela soit pour le quotidien, pour marcher, pour les sports en salle, pour la course à pied, pour aller dans l’eau ou encore dans la valise, car elles prennent peu de place.

Elles sont toujours lavables en machine à 30°.

Photos de mes Skinners (portées) : les V1 à gauche et les 2.0 à droite
Mes Skinners : les V1 à gauche et les 2.0 à droite

Test des Skinners 2.0

Je vais être direct : depuis que j’ai les Skinners 2.0, j’ai rangé les anciennes au placard…

Le changement que je préfère

Ce que j’apprécie le plus est la nouvelle largeur. Je trouve les Skinners 2.0 beaucoup plus confortables grâce à ça, pourtant je n’ai pas un pied spécialement large.

Et cela doit encore être plus vrai pour les personnes portant du 45 et plus. En effet, la première version était plutôt dans la moyenne jusqu’à la taille L, puis clairement étroite pour le XL et le XXL.

Pour un usage quotidien de la 2.0, même si votre pied est moins large que la largeur donnée par le tableau*, cela ne devrait pas poser de problème. Par contre, si vous avez un pied fin et que vous désirer les utiliser pour le sport cela peut poser problème. En effet, le pied pourrait avoir tendance à glisser dans vos Skinners 2.0.

(* Tableau en bas de page de la fiche produit des Skinners 2.0)

Diminution de la transpiration

La facilité à transpirer sous le pied est un problème très connu sur la première version. Même si certaines personnes m’ont dit ne pas rencontrer ce problème (nous sommes tous différents), cela reste une problématique récurrente. Personnellement, je mettais une fine paire de chaussettes pour résoudre la question.

Grâce aux semelles intérieures des Skinners 2.0, la transpiration sous le pied est moindre. Cependant, dans mon cas, elle reste tout de même présente. Alors qu’avec les Skinners V1, je mettais systématiquement des chaussettes, avec les 2.0 c’est variable. Si c’est pour rester en intérieur quelques heures, je ne mets pas de chaussette (à moins d’avoir froid, comme l’hiver dernier). Si je prévois de faire un peu de jardin en plein soleil, ou de les garder aux pieds toute la journée, je préfère mettre des chaussettes.

La semelle intérieure des Skinners 2.0 vu de dessus (surface en contact avec le pied)
La semelle intérieure des Skinners 2.0 vu de dessus (surface en contact avec le pied)

La semelle intérieure des Skinners 2.0 vu de dessous
Semelle intérieure vu de dessous
Photo de l'épaisseur de la semelle intérieure des Skinners 2.0 : 1,6 mm
La semelle intérieure mesure 1,6 mm d’épaisseur

Les sensations

Sur ce point, il n’y a pas beaucoup de différences entre la Skinners V1 et la Skinners 2.0 sans semelle intérieure : les sensations sont justes impressionnantes.

Bien sûr, lorsqu’on ajoute la semelle intérieure, mécaniquement les sensations sont un peu moins précises. Mais il faut presque avoir un pied avec semelle intérieure et l’autre sans pour s’en rendre compte. L’ensemble semelle extérieure+intérieure mesure moins de 5 mm d’épaisseur.

Comme avec la Skinners V1, marcher dans l’herbe avec la 2.0 procure une caresse sous le pied. Le gravier fait un effet massant et les pierres qui m’auraient blessées pieds-nus sont douloureuses sans plus.

Comme avec la Skinners V1 et malgré une épaisseur un peu plus élevée sur les côtés : si on se cogne les orteils, on douille…

Skinners 2.0 avec les orteils agrippant une marche extérieure (la partie orange est une chaussette)

Le poids

On l’a vu précédemment : les Skinners 2.0 sont plus lourdes. Cela ne me gêne absolument pas, mais je tenais à en reparler pour les personnes qui cherchent à minimiser le poids de leur sac (le plus souvent en vue de partir pour un trek).
Dans ce cas précis, et si vous n’avez pas un pied large, la première version est peut-être plus intéressante.

Semelle intérieure et sport

Si vous désirez utiliser vos Skinners pour la pratique de sports comme la course à pied, il est possible que vous deviez enlever la semelle intérieure. En effet, un client m’a déjà indiqué que les semelles intérieures bougeaient lors de ses courses.

Au quotidien, c’est quelque chose de récurrent surtout au moment de retirer vos Skinners 2.0. Si vous ne les pincez pas avec la semelle intérieure (au niveau des orteils) avant de les retirer, très souvent la semelle intérieure se déplace.

Du fait, on peut extrapoler que pour les sports à forts mouvements, il est probable que les semelles intérieures ne tiennent pas en place. N’hésitez pas à partager avec moi vos expériences sportives en Skinners 2.0 J

Récapitulatif du test des Skinners 2.0

Pour moi, les Skinners 2.0 sont largement mieux que les Skinners V1.

La semelle intérieure étant amovible, on peut choisir ce que l’on préfère : un maximum de sensations ou moins de transpiration. La coupe des Skinners 2.0, plus large, est plus adaptée à la forme de nos pieds. Et surtout, les sensations sont toujours au rendez-vous.

Pour moi, il n’y a que 2 cas particuliers qui feraient peser la balance en faveur de la première version :

  • si l’on recherche le plus léger possible ;
  • si on a un pied (très) fin.

Les Skinners restent d’excellentes chaussures ultra-minimalistes que l’on peut utiliser en extérieur, comme en chausson d’intérieur.

Les plus :
+ Légère
+ Flexible
+ Ultraportable
+ Les sensations
+ Lavable en machine
+ Vendu avec un sac
+ Meilleure gestion de la transpiration
+ Plus de pointure (intervalle d’1 cm entre chaque)

Les moins :
– Plus lourde qu’avant
– La transpiration est diminuée mais reste présente
– La semelle intérieure peut bouger selon l’utilisation

Test des chaussures minimalistes Skinners 2.0

 538 vues