Test des FiveFingers V-Train

test et présentation des FiveFingers V-Train

Qu’est-ce que je teste en premier ? Les FiveFingers V-Train ou les V-Trail ?
Après quelques manipulations de ces nouveaux modèles, j’ai opté pour vous présenter en premier les V-Train car elles sont différentes des Komodo Sport LS qu’elles remplacent.
Quant aux V-Trail, elles sont assez semblables aux VFF Spyridon. Leur test attendra donc une ou deux semaines.

 

Les Vibram FiveFingers V-Train

Pour ceux qui n’ont pas lu mon précédent article annonçant l’arrivée de ce modèle, je reprends quelques bases.

Je vais commencer par la signification de ce nom : V-Train, le V pour Vibram (le fabricant) et Train pour Training (qui veut dire entraînement en anglais).
Tout le monde en aura déduit que ce modèle est dédié l’entraînement, la remise en forme, bref au fitness au sens large. Je rajoute qu’elles sont adaptées à un usage intérieur et extérieur.

Les V-Trail remplacent les Komodo Sport LS, qui ne sont plus fabriquées à partir de maintenant. Les FiveFingers Komodo étaient elles aussi destinées au fitness, ainsi qu’aux sports en salle incluant des rotations et des mouvements latéraux.

Pour conclure, à priori les V-Train sont les petites sœurs des Komodo ; enfin sur le papier…

Photo de coté de V-Train Photo de FiveFingers V-Train

 

Caractéristiques (annoncées) des V-Train

J’incite sur le « annoncé » car il y a plusieurs erreurs (ou modes de mesure qui diffère des miens).

Voici les infos sur le site officiel au 26 avril 2017 : https://eu.vibram.com/en/shop/fivefingers/men/fitness/v-train/M66.html

Poids : 182 grammes en 43 (364 grammes la paire). Idem en 38 (déjà c’est louche).

Semelle : 6 mm (2 mm de semelle intérieure EVA et NZYM anti-microbien + 4 mm de semelle extérieure XS Trek)

Prix : 129€

Usages : Sports de remise en forme et fitness, en salle ou en extérieur

Elle a un crantage au niveau de la voute plantaire pour le montée de corde. Et elle propose un peu plus de structure.

La semelle anti-microbienne NZYM est une nouveauté. La petite étiquette nous apprend qu’elle contint des enzymes qui luttent contre les éléments responsables des mauvaises odeurs contenus dans la sueur. La semelle intérieure sèche rapidement et éloigne la transpiration du pied.

Etiquette V-Train nzym Etiquette V-Train bio dewiz dry

Sur ce modèle les indications de lavage sont inscrites à l’intérieur : lavable en machine à 30° maximum, faire égoutter (pas d’essorage). Et je rajoute ne surtout pas faire sécher au soleil ou sur le radiateur sinon la semelle risque de se décoller. Cela s’applique pour tous les modèles de FiveFingers.

 

Erreur dans les caractéristiques

Depuis deux mois je calcule l’indice minimaliste des chaussures que je propose. Je les pèse, mesure l’épaisseur de la semelle, et vérifie la flexibilité. J’ai été très surpris des valeurs affichées…

 

Le poids

La V-Train en 43 pèse environ 225 grammes soit 450 grammes la paire. On est donc loin des 182 grammes (6,4 oz) annoncés sur le site de Vibram (au 26/04/2017). Et ces chiffres sont largement repris par les revendeurs. Ce qui est logique ! Jusque là, moi aussi j’ai toujours repris à la lettre les informations fournies par les fabricants.
Par contre pour le modèle femme, le poids indiqué pour un 38 est surévalué. En effet aussi annoncé à 182 grammes, elles pèsent en fait 172 grammes.

Pour des chaussures minimalistes, cette différence est très importante ! Surtout si l’on souhaite les utiliser pour réaliser des performances. En bref, pour la course à pied passez votre chemin. Les FiveFingers V-Run sont bien plus légères.

Photo pesée d'une paire de V-Train homme en taille 43 : 456 grammes
FiveFingers V-Trail Homme noir 17M6601 Taille 43
Photo pesée d'une paire de V-Train femme en taille 38 : 345 grammes
FiveFingers V-Trail Femme violet 17W6606 Taille 38

 

L’épaisseur de la semelle

L’épaisseur annoncée est 6 mm soit 1 mm de moins que les Komodo Sport.
Depuis peu je suis équipé d’un compas d’épaisseur, j’ai donc mesuré l’épaisseur de la semelle au niveau du talon et à l’avant du pied, au niveau des crampons les plus hauts (comme le préconise la clinique du coureur pour calculer l’indice minimaliste).
Voici les mesures que j’ai relevées : 9,7 mm au niveau du talon et 8,6 mm à l’avant. Entre les crampons les mesures sont aux alentours de 7 mm.
Les mesures sont les mêmes pour les pointures 38, 42 et 43.

Photo d'une prise de mesure de l'épaisseur de la semelle d'une V-Trail avec un compas d'épaisseurPhoto prise de mesure épaisseur semelle V-Train

Pour faire bonne mesure, j’ai également mesuré l’épaisseur des Komodo Sport : au niveau du talon et à l’avant du pied : 8 mm, et environ 6,3 mm entre les crampons.

Je ne sais pas comment Vibram mesure l’épaisseur de ses semelles. Est-ce une moyenne ? Est-ce au plus élevé des crampons ? Au plus bas ?
Ce qui est sûr, c’est que les Komodo étaient annoncées à 7 mm et les mesures sont proches de cela. Alors que les V-Train sont assez éloignés des 6 mm prévus. Plus embêtant il y a un drop d’un millimètre.

D’où cela peut venir ? Très bonne question. La semelle intérieure est plus épaisse de 0,5 mm. Mais cela n’explique pas le drop. L’explication pourrait venir du fait que Vibram a changé d’usine de fabrication passant d’un Made In China à un Made In Vietnam. Mais là aussi l’explication n’est pas très satisfaisante car j’ai rapidement mesuré les nouvelles V-Trail et les mesures sont proches de l’épaisseur de semelle annoncée.

En bref, c’est étrange…

 

Les changements apportés

Les tissus et la construction sont différents.
L’intérieur est plus doux. Le tissu des parois arrière est plus épais que pour la Komodo Sport. Les transitions de tissu sont plus franches (plus de dénivelé).
La V-Train a le col plus rembourré. La languette est aussi différente, attenante à une des parois de la chaussure (voir photo ci-dessous).
Le système de fermeture est un lacet traditionnel plus un scratch.
Et pour finir, des renforts en TPU d’un côté et de l’autre renforcent énormément la chaussure.

Photo languette des chaussures minimaliste V-Train

La flexibilité

La souplesse au niveau des orteils est presque la même que celle des FiveFingers Komodo Sports. Par contre la souplesse générale de la semelle est mauvaise (en tout cas on n’est pas habitué à ça pour des FiveFingers). Les renforts en TPU réduisent la flexibilité. Les 2 tiers arrière de la chaussure se plient difficilement, l’ensemble étant maintenu par les renforts.

C’est le premier modèle de Vibram FiveFingers avec d’aussi mauvais scores en flexibilité torsionnelle et en flexibilité longitudinale.
Flexibilité torsionnelle : 1,25 / 2,5
Flexibilité longitudinale : 1,5 / 2,5

Habituellement les FiveFingers ont la note maximale pour les 2 types de flexibilité.

 

Voici un lien vers une page de la clinique du coureur expliquant l’indice minimaliste, avec en bas de la page un PDF expliquant comment calculer l’indice minimaliste des chaussures : https://lacliniqueducoureur.com/indice-minimaliste/

fléxibilité maximum des V-Train

 

Sensations et test

Je commence par enfiler les V-Train, ensuite je les lace. Le scratch me gêne un peu je veux le retirer de sa boucle, ce n’est pas possible… À ce moment précis je me suis demandé si c’était vraiment une bonne chose…

Scratch des FiveFingers V-Train
Le scratch est plus large que la boucle dans laquelle il passe

Au final le scratch, lié aux renforts latéraux, ajoute un réel maintien et un serrage que l’on peut facilement adapter.
La combinaison lacets plus scratch fait qu’elles ne se desserrent pas.

La tenue aux pieds est vraiment renforcée comparée aux Komodo. Je trouve que les V-Train sont bien plus adaptées aux sports avec mouvements latéraux que l’étaient les Komodo Sport.

Les premières sensations sont bonnes, je me sens même un peu mieux que dans les Komodo Sport. Mais après quelques mouvements, je note que je sens les renforts latéraux surtout vers l’avant du pied. À cause de cela pour moi les V-Train sont moins agréables que les Komodo. Dommage c’était pourtant bien parti. Je n’ai relevé aucune douleur, ni gêne.

Photo de FiveFingers V-Train et Komodo Sport LS

L’adhérence est bonne et au moins équivalente aux Komodo.

Au final, elles tiennent mieux aux pieds que les Komodo. Dans les mouvements latéraux, mon pied déformait un peu les Komodo, ce n’est pas le cas avec les V-Train.

Les orteils se plient bien. Le fait que la semelle sous l’arche et le talon ne plie pas, n’a pas eu d’impact particulier. Je n’ai pas fait de yoga non plus…

V-Trail appui latéral fort

 

Les FiveFingers V-Train comparées aux Komodo Sport

Je vais mettre les choses au clair de suite : pour moi les FiveFingers V-Train ne sont pas les petites sœurs des Komodo Sport. Si, dans le type d’utilisation, c’est tout !

Une Komodo Sport à coté d'une V-Train

Une Komodo Sport à coté d'une V-Train vue de coté Une Komodo Sport à coté d'une V-Train vue de l'autre coté Semelle des Fivefingers Komodo Sport et des V-Train (vue de dessous)

Les V-Train sont plus lourdes, moins flexibles, plus épaisses et bien plus structurées.
L’indice minimaliste des FiveFingers V-Train est de 68 (sachant que sous 60, voire 70 on n’est plus sur une chaussure minimaliste). Pour info, les FiveFingers Komodo Sports étaient à 92.

Les V-Train sont donc une nouvelle proposition de Vibram. Grâce aux renforts TPU, c’est le modèle le plus adapté aux sports impliquant de gros efforts au niveau des chaussures : traction, poussé, mouvements latéraux. Pour cela, « du minimalisme » a été sacrifié.

Je n’utiliserai pas ce modèle pour la course à pied, alors qu’avec les Komodo Sport c’était possible. Je ne les préconiserai pas non plus pour des exercices demandant de la souplesse au niveau du pied.
Par contre, pour les entrainements de puissance et les sports à mouvements latéraux comme le badminton ou le tennis de table, je dis oui.

MAJ du 03/11/2017
Après quelques mois de recul, il est clair pour moi que les V-Train sont les FiveFingers dédiées au cross training et équivalent.

 

Les plus :
+ Renforts latéraux
+ Système de fermeture qui ne se desserre pas
+ Bonne adhérence

Les moins :
– Le poids : plutôt lourdes pour des Vibram FiveFingers
– Flexible uniquement à l’avant
– 1 mm de drop
– Semelle plus épaisse que prévu
– Moins polyvalente que les Komodo (mais surement plus résistante)

2 réponses à “Test des FiveFingers V-Train”

Laisser un commentaire